Skip to content

« Vous voulez voler nos manuscrits pour devenir riches! »

L’an dernier, j’ai lancé un concours de réécriture de contes pour une publication en 2024. Une utilisatrice Instagram a répondu : « Vous voulez nous voler nos manuscrits pour devenir riches ». Je me suis dit « Ben voyons donc, elle pense vraiment qu’elle écrit des lingots d’or? » Parce que la valeur marchande l’art fluctue. Parce que publier un livre, c’est toujours un pari, oui, on y croit, oui, on a des données qui nous informent sur les tendances, mais finalement, on ne peut jamais être certain de savoir si un titre va fonctionner ou pas, s’il va se vendre, remporter un prix, faire sensation ou tomber dans l’oubli. Pourtant, ce n’est pas toujours la vision du public. Pour certains d’entre eux, les éditeurs se roulent dans des piscines de billets de banque sur le dos des auteurs et autrices. Alors que 99% des maisons d’éditions du Canada fonctionnent grâce aux subventions de l’état. Pourquoi leur vision du monde de l’édition est-elle si fausse, si romancée? L’univers du livre est-il si opaque? Oui. Oh que oui.

Select your currency
$ Dollar canadien
Euro